Château de la Rabatelière


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Elayne et Valnor de Lande Morte vous souhaitent la bienvenue en la Rabatelière
Attention danger ! En entrant, méfiez-vous des Ponettes Roses !

Partagez | 
 

 Petite visite

Aller en bas 
AuteurMessage
valnor
Propriétaire
avatar

Nombre de messages : 772
Localisation : Tout près de son coeur
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Petite visite   Jeu 10 Avr - 22:04

Valnor et Giuseppe ressortirent de l'église monolithique en direction du village. Ils empruntèrent un petit sentier juste avant l'entrée principale du village et ne tardèrent pas d'arriver en vue du cloître de St Martin. La vieille bâtisse carrée faîte de lourdes pierres grises était ceinte d'un mur de même couleur délimitant les parties privatives du lieu de méditation. On pouvait discerner sur la partie nord de l'édifice, la chapelle qui se dénotait de l'ensemble car construite sur deux niveaux avec des vitraux masquant les ouvertures extérieures. Une lourde porte de chêne à double vantaux faisait office d'entrée. Toujours ouvert aux visiteurs, voyageurs ou indigents, ils pouvaient à tout moment du jour ou de la nuit être accueillis pour y trouver gîte et confort.

Regardant Giuseppe, Valnor lui expliqua la démarche qui l'avait poussé à établir ce cloître sur ses terres.

- Lorsque je suis arrivé ici, le corps principal était abandonné. Il y avait un curé qui faisait le déplacement pour les grandes occasions, mais rien de permanent. J'avais aussi appris lors de mon mandat de comte que certains religieux cherchaient des lieux de recueil alors l'idée a fait son chemin. J'ai contacté le frère Tresquin qui logeait dans les environs de Périgueux dans un monastère et qui cherchait à s'installer avec quelques moines dans une résidence. Je leur ai proposer de reprendre à leur compte les lieux et les tenures en leur octroyant une lettre d'exemption pour la dîme comtale. Les conditions étaient les suivantes ; pouvoir au bien être des âmes des villageois et du château, entretenir les lieux et de servir de relais à la communauté des sept fleurs de Dame Icie de Plantagênet, dont je fais aussi partie en temps que laïque. Les mois ont passés et les moines du frère Tresquin ont remis en état le cloître mais aussi les vergers attenants et ...

Valnor sourit.

- Ils m'ont demandé de pouvoir entretenir les vignes sur le coteau sud à quelques lieux d'ici. J'ai répondu par l'affirmative car ici, nous n'avions personne apte à suivre la culture du vin. D'ici un an voir deux nous pourrons goûter aux premiers vins sur le domaine. Moitié de la production aux moines l'autre pour La Rabatelière, comme il se doit par la coutume ce qui permettra aussi à la confrérie de dégager quelques fonds propres.

Valnor poussa la grande porte entre ouverte pour pénétrer dans le vestibule où était affiché en Latin mais aussi en françois les règles régissant les lieux. Désignant de la main le pan de mur où des crochets étaient fixés il ajouta.

- nous devons nous séparer de toute arme que nous portons et les laisser ici, c'est la règle.

Joignant le geste à la parole, il défit sa ceinture et accrocha son épée à un crochet.
Il attendit que messire Giuseppe en face de même, et ils dirigèrent vers une petite porte faisant face à l'entrée principale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite visite   Lun 14 Avr - 14:12

Une fois de plus, Giuseppe jouait le visiteur silencieux, écoutant un professeur délivrer son savoir. Ce qui ne l'empêcha pas de sourire à l'allusion aux coteaux du comté.

Quand le comte lui demanda de quitter ses armes, il fit la moue même si il comprenait : c'était bien sûr l'usage en Naples aussi (du moins, en théorie). Aussi, après avoir quitter l'épée de sa ceinture, il se mis à moitier à genou, puis se défit d'une dague, aux armes de Malaterra, son grand père : le bras maure barré d'un bande de sang.

Il embrassa le signe de sa famille, et en l'accrochant près de son épée, dit à Valnor


Elle m'a tiré de bien des embarras celle-là!

Bon, je suis prêt, je vous suis, comte.


Ils franchirent tous deux la porte.
Revenir en haut Aller en bas
valnor
Propriétaire
avatar

Nombre de messages : 772
Localisation : Tout près de son coeur
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Petite visite   Sam 19 Avr - 18:52

Le dépôt des lames effectué, les deux hommes se dirigérent vers la porte leur faisant office d'entrée dans le coeur même du cloître. Valnor la poussa et il pénétrèrent dans le patio. De forme rectangulaire, il était ceint par une allée couverte faisant l'ensemble de son périmètre. Le sol irrégulier était constitué de vieilles pierres usées par le temps et les pas des visiteurs. De simple colonnes de pierre séparaient le chemin du jardin fleuri au centre du patio où trônait une petite fontaine de pierre grossière dont le seul charme était une statue représentant le saint protecteur des lieux.

Le comte murmura presque à son visiteur tout en désignant de la tête les différentes partie du cloître.


- Sur votre droite, c'est la chapelle. De loin la partie la plus grande et haute de l'endroit. Le long des deux bords du patio, on trouve les chambres et le réfectoire pour les visiteurs. Enfin à l'opposé de la chapelle, les parties privatives réservées aux frères. C'est là que nous allons visiter le frère Tresquin.

Ils empruntèrent l'allée couverte lorsqu'un moine fit son apparition. Celui, tête basse et tondue, s'arrêta devant les deux hommes sans mot dire. Les mains cachées dans les amples manches de sa robe de bure, il salua le comte et son invité en inclinant la tête.

- Bonsoir mon frére, pourriez-vous annoncer le comte et messire Giuseppe, grand-père de notre bien aimée chatêlaine au frère Tresquin.

L'homme cligna des yeux et s'en retourna d'un pas toujours aussi calme, seule la ceinture de corde nouée à sa taille oscillant d'un côté et de l'autre.
Valnor se pencha vers Giuseppe et murmura à son oreille sur un ton amusé.


- Ils ont fait voeu de silence, enfin pas le frére Tresquin vous verrez lui parle pour les six autres.

Les deux hommes attendirent un moment l'arrivée du frére

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tresquin

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: Petite visite   Sam 3 Mai - 10:46

Un homme parut enfin, il était de bonne taille mais contrairement aux idées reçues n'était pas replet comme pouvaient l'être nombre de moines aux joues rosâtres. C'était là même le contraire. Silhouette fine et élançée, les traits du visage taillés à la cerpe donnant un aspect dur au personnage. Le regard de l'homme semblait perçant et direct.

Le Frère se dirigea vers les deux hommes, sa démarche était particulièrement raide et lente. Elle n'était pas due à une quelconque volonté de la part de l'intéressé mais bien liée à un handicap physique.


- Monseigneur ! s'exclama le frère rompant le silence des lieux. Quel plaisir de vous voir ici.

Un sourire barrait le visage du frère le rendant avenant. Il s'approcha du comte, prit sa main et y déposa le traditionnel baiser de bienvenue.

- Frère Tresquin, je suis très heureux de venir vous rendre visite en espérant ne pas vous déranger outre mesure.

Relevant la tête, le moine hocha de la tête en signe de négation.

- Vous êtes toujours le bienvenu monseigneur, vous le savez et vous vous faîtes rare ces derniers temps. Mais je manque à tous mes devoirs, vous êtes accompagné.

Se tournant vers messire Giuseppe, il lui prit à son tour la main qu'il enserra dans les siennes.

- Bienvenue dans nos murs messire, je suis le frère Tresquin mais vous pouvez m'appeler Guillaume si cela vous chante.

- Messire Giuseppe est le grand-père de Dame Elayne et bientôt le mien ajouta-t-il en souriant nous sommes venus lui montrer votre travail et la beauté du cloître.

Le Frère Tresquin s'illumina et s'agita en portant les mains jointes devant sa bouche.

- C'est là un grand honneur que votre présence, nous avons une grande admiration pour votre petite fille, vous pouvez être fier d'avoir une descendance. Mais venez venez nous serons mieux à l'intérieur de cloître privé pour discuter.

Regardant Valnor, le frère Tresquin ne put s'empêcher de dire.

- En parlant de travaux sa grandeur veut sûrement parler du doux breuvage que nous faisons dans nos murs.

Il précéda de sa démarche chaloupée les deux hommes en direction de la salle des moines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite visite   Ven 23 Mai - 15:31

Après les salutation d'usage entre hôtes et visiteurs de bonnes connaissances, le frère serra chaleureusement les mains du vieux Beppe. Celui ci lui rendit sa chaleur, afin de faire honneur à son hôte d'un moment.

Eh bien va pour Guillaume alors!

Il laissa par politesse le comte Valnor le présenter. Présentations, très informelles et familiales, comme Giuseppe les aiment. Ce dernier répondit ensuite au frère.


Eh mon Guillaume, je suis en effet très heureux de l'avoir comme petite fille! Pourvu qu'elle me fasse une belle descendance à son tour!!

A l'invitation, il acquiesça en silence, et suivi le moine avec le comte.
Revenir en haut Aller en bas
tresquin

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: Petite visite   Lun 26 Mai - 21:53

Le moine fit entrer les deux invités dans une pièce carrée au mobilier sobre et épuré. Une table trônait au centre entourée de tabourets et sur le flanc d'un mur se trouvait une étagère sur laquelle des bocaux et autres jarres diverses s'étalaient.

La pièce servait de salle commune pour les moines du cloître afin d'y prendre leur repas, car un assortiment d'écuelles et d'ustensiles en bois se trouvait sur un guéridon à l'un des angles de la pièce.

Tresquin invita le comte et messire Giuseppe à prendre place autour de la table et se faisant il alla chercher une petite tonneau de bois cerclé de deux fines lamelles de fer. Il prit au passage trois petites bolets et revint à la table s'asseoir en face des deux hommes.

- Voilà donc l'objet de la convoitise de mon seigneur dit-il en plaçant la bouteille au centre de la table. Un péché s'il en est, mais Aristote nous pardonnera d'user des bienfaits qu'il a mis à notre disposition sur cette terre ! ajouta le moine sur un air taquin.

Il ouvrit la bouteille faisant sauter le bouchon de liège mal dégrossi et immédiatement quelques effluves embaumèrent la salle. Valnor regarda amusé Giuseppe.
Tout en versant la liqueur dans chaque bolée, frère Guillaume questionna son invité
.

- Pardonnez moi d'avance, mais votre nom a la douce consonance des contrées ensoleillées du Sud, j'irai même dire par delà notre bonne ville de Rome. Etes-vous en Périgord pour visite ou avez-vous décidé de vous y établir pour y gouter les joies de sa fraîcheur ?

Il déposa la bolée devant chaque convive, et posa la main sur celle de Giuseppe en signe d'avertissement.

- Soyez méfiant, ce breuvage peut suprendre, doux au goûter mais assez raide. Il rit de bon coeur et leva son verre en ajoutant. Santé mes seigneurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baudoin
Gens de maison
avatar

Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Petite visite   Lun 2 Juin - 21:26

- Chercher mon seigneur ! bien sûr ! facile à dire !

Baudoin avait quitté la cour sans se presser afin de ne pas attirer l'attention, puis dès passé la porte principale de l'enceinte du château, il partit au pas de course par l'allée centrale du village. Sans ménagement, il bouscula les quelques badauds qui n'hésitèrent à grommeler en guise de désapprobation.

Au fur à mesure de sa course, Baudoin tournait la tête frénétiquement de gauche à droite balayant du regard chaque recoin du village. Peine perdue. Arrivé à la sortie du hameau, il n'avait vu personne. La pente douce menant à la grotte troglodyte d'Aubeterre était devant lui.

Bien sûr il se doutait que le maître avait emmené visité ce monument au grand-père de Dame Elayne, mais le soleil maintenant avait pratiquement disparu sous l'horizon. Si cela avait été le cas, la visite devait être finie depuis longtemps.

Il s'arrêta, essoufflé. Posant les mains sur ses hanches il tenta de mettre de l'ordre dans ses pensées.


- La grotte. Trop dangereux à cette heure tardive. Le village, pffft sans intérêt. Les jardins ou les vergers ? Ben voyons ! t'es bête ou quoi ! tu vois le maitre en train de cueillir des pommes ?

Baudoin commencait à se demander s'il allait réussir sa mission, tout en maugrant il allait faire demi-tour, lorsque....son regard se posa sur le petit chemin longeant le pied de la falaise sur sa droite.

- Le cloître ! cria-t-il à haute voix. Espèce de tête de moineau !

Il s'élança à grandes enjambées vers l'édifice religieux. Son visage était fouetté par les branches des arbustes bordant en désordre le chemin poussièreux.
Lorsqu'il arriva dans la clairière et que le cloître apparut à ses yeux, il poussa la porte sans ménagement pour se retrouver dans le vestibule. Il vit alors deux épées pendues à des tenants. L'une qu'il ne connaissait pas, mais la seconde il l'avait vu tellement de fois, celle de son maître !

Il défit son propre ceinturon qu'il laissa glisser à terre sans autre précaution et s'engouffra dans l'allée couverte du cloître à la recherche d'un moine qui pourrait le renseigner. Son attente fut de courte durée, quatre moines en procession pour les vêpres se dirigeaient vers la la nef pour l'office du soir. Il se posta devant le premier d'entre eux manquant de le percuter.


- Le moine, dis moi où se trouve le comte ! vite !

L'homme d'église dévisageat Baudoin comme si il avait vu le malin en personne. Surpris autant par la brutalité de la rencontre que le ton autoritaire du sergent d'armes. Mais en guise de réponse le moine ne pipa mot et regarda Baudoin avec un regard de réprobation.

- Mais c'est pas vrai ! Pour une fois vous pouvez pas parler par Arist....

Le moine prit un air sévère et pointa son doigt sous le nez de Baudoin pour l'arrêter avant de commettre un blasphème. Attendant que ce dernier se calme. L'index toujours dressé, il fit pivoter sa main pour indiquer la salle commune avant de reprendre son chemin sans même un regard.

Baudoin s'empressa d'aller à l'endroit. Arrivé devant la porte de bois massif qu'il allait pousser sans autre forme de procés, mais au dernier moment frappa pour annoncer son arrivée. Sans attendre la réponse il pénétra....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite visite   Mar 3 Juin - 13:03

Le seigneur de Paleyrac venait de répondre au moine qu'il vivait en Angoumois depuis quelque temps, mais qu'il ne souhaitait pas s'installer en Périgord, et alors qu'il goutait avec précaution comme on lui avait conseillé, un soldat entra en la place.

Il posa son verre, se mettant en retrait pour laisser au comte son hôte le choix de l'attitude à adopter.
Revenir en haut Aller en bas
tresquin

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: Petite visite   Jeu 5 Juin - 11:11

Lorsqu'il entendit frapper, le frère Tresquin quelque peu surpris entama un :

- Entr...

Mais peine perdue, Baudoin jaillit dans la pièce sans même attendre la réponse, essouflé et à la fois heureux de trouver le comte, il ne prit pas la peine de saluer quiconque.

- Mon Comte, vous dev...

Mais c'était sans compter sur le frère Tresquin, qui était passé l'espace d'un instant d'un air rieur à celui dur de l'homme d'église. Les traits se durcirent, les yeux se plissèrent et d'une bouche aux lèvres pincées les récriminations fusèrent. Se levant d'un bond, il admonestia Baudoin, le coupant dans son élan. Le comte et Messire Giuseppe déjà surpris par l'entrée fracassante du sergent d'armes, ne purent dire mot et furent les spectateurs des remontrances.

- Jeune homme ! Ne vous a-t-on pas apprit la moindre once de politesse et de retenue ?! Cria-t-il rouge de colère, rompant avec le calme des lieux. Où vous croyez-vous ?! Espéce de brute mal dégrossie !

Penaud, se rendant compte de son indélicatesse, Baudoin bredouilla quelques mots d'excuse. Le frère Tresquin n'était pas connu pour être un homme facile dans la colère.

- L'abbé, je...suis désolé...c'est très important...j'vous jure...

- Je ne suis pas abbé ! Et puis enlève moi ce casque tu es dans la maison d'Aristote pas dans une taverne ! Qu'est-ce qui peut être plus important que la quiétude d'un lieu saint, qui mérite de passer outre toutes les bonnes manières ? Les hordes d'Attila seraient-elles aux portes de La Rabatelière ?


Baudoin s'empressa de retirer maldroitement son casque.

- Vous ne croyez pas si bien dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valnor
Propriétaire
avatar

Nombre de messages : 772
Localisation : Tout près de son coeur
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Petite visite   Jeu 5 Juin - 12:47

Le comte laissa passer la remontrance du frère Tresquin, mais il s'inquiétait car Baudoin n'était pas homme à perdre son sang froid. Aussi son attitude ne rassurait pas Valnor.

- Que ce passe-t-il donc Etienne ?

Baudoin trop content de pouvoir éviter le regard et les réprimandes du frère, se tourna rapidement vers son seigneur et lui expliqua comme il put les derniers événements passés au château durant son escapade avec messire Giuseppe.

- Voilà, monseigneur. Juste après votre départ, on a été informé par les gardes du péage sur la grande route, qu'un équipage demandait à venir vous rendre visite. Ils prétendaient être de vos parents. Alors Dame Elayne, elle a prit sur elle de les laisser venir jusqu'au château. Ils sont arrivés, des gens...

Baudoin s'était fait reprendre tellement de fois en peu de temps, eut peur de froisser le comte à son tour et chercha ses mots un instant.

- Des gens particuliers mon comte. Des étrangers, aux vêtements sombres portant comme emblème un oiseau noir, une sorte de corbeau. Une belle dame dit être votre cousine.

Valnor se figea, un bref instant de flottement et de réflexion. Il se leva subitement.

- Frère Tresquin nous devons vous quitter.

Regardant messire Giuseppe.

- Si vous désirez rester encore un peu ici, Baudoin vous raccompagnera.

Puis sans autre mot, l'air préoccupé, il quitta à vive allure la pièce pour rentrer au château.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite visite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite visite
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite visite à tonton Otomaï
» _Une visite inattendue... #Julian&Cudy
» Petite visite du secrétaire de l'Archevêque
» Petite visite amicale ...
» [Screen] Petite réunion chez Kokinette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de la Rabatelière :: Les alentours du château :: Cloître de Saint-Martin - Communauté des sept fleurs :: L'accueil-
Sauter vers: